Vous êtes ici : Les Carrefours de Bransat > avant 2008 > Plaquette "du 400ème Carrefour de Positions" ou l'étonnante modernité de "L'Ecole de Bransat"

Plaquette "du 400ème Carrefour de Positions" ou l'étonnante modernité de "L'Ecole de Bransat"

Imprimer

Envoyer à un ami

Extrait de la plaquette éditée en 2007


 
Texte dans son intégralité de  "Ami Lecteur"
 


Ami lecteur,

Voilà plus de cinquante ans maintenant, c’est à vous que le fondateur du club de réflexion POSITIONS proposait de « s’informer mutuellement, de connaître les POSITIONS [communes] sur tel ou tel problème précis, de les défendre au besoin mais surtout de les considérer comme un tremplin pour l’action ». Car, écrivait-il, « il n’est plus possible - dans le monde actuel- de rester passifs et muets ».

Peu à peu, ce bulletin d’action civique, familiale et sociale gagnait une large audience, et donnait écho aux échanges organisés chaque dernier lundi du mois, à Bransat, au coeur du Bourbonnais, lors des réunions du club, appelées carrefours. Les règles de l’exercice étaient simples et sont demeurées immuables : un conférencier d’audience départementale ou nationale présente un sujet en une demi-heure - trois quarts d’heure, avant d’entamer un dialogue avec la salle pendant près de deux heures. Le Carrefour commence toujours à 20h30 précises et se termine toujours à 23 heures. L’assistance, venue de tout le Département, est variable, de 150 à 300 personnes, selon la pression de l’actualité, ou la renommée du conférencier. C’est donc tout naturellement à vous, « Ami lecteur », que je m’adresse, à l’heure où nous organisons le 400ème Carrefour de POSITIONS.

Avec mon collègue Bernard Barraux, c’est à vous que nous avons souhaité offrir belle aventure de POSITIONS. Car, depuis toutes ces années, l’attention que vous n’avez cessé de porter à cette initiative, votre présence fidèle lors de nos Carrefours, ont assuré leur pérennité. Cette confiance,jamais démentie, représente sans conteste la meilleure des récompenses pour ceux qui se dévouent depuis l’origine à faire vivre ce club.

A chaque réunion, assis aux côtés de l’intervenant que je viens de présenter, je vous regarde. Je distingue les visages attentifs de chacun ; je reconnais nombre d’entre eux, venus des quatre coins du département, et suis heureux de constater qu’à chaque fois, de nouveau auditeurs nous ont rejoints. Et je repense à ce qu’écrivait si justement Jean Cluzel :  « le plus étonnant, c’est le public lui-même. Ce public est aussi divers qu’il est possible ; et cette diversité fait la richesse des discussions que provoquent ces carrefours. »

Vous tous qui avez toujours répondu présents à nos invitations, nous vous sommes reconnaissants de nous avoir aidé à faire vivre ces instants de liberté et d’avoir contribué à faire de ces Carrefours de POSITIONS, l’un des piliers de la vie publique bourbonnaise.

Fêter le 400ème Carrefour, c’est avant tout prendre le temps de s’arrêter un instant. De se retourner sur le chemin parcouru, d’en mesurer toute la progression, de se remémorer les efforts consentis, mais aussi les grandes joies ou les grands moments vécus.

Parcourir cette liste des 400 rendez-vous de Bransat permet de mesurer la qualité des intervenants sollicités. Depuis 1955, de nombreuses personnalités, issues du monde universitaire, politique et de la presse, dont un ancien Président de la République, deux anciens Premiers Ministres, des ministres, des experts, des journalistes mais aussi des professionnels et des Bourbonnais passionnés d’un sujet, ont animé POSITIONS. Se sont ainsi succédés Alfred Sauvy, Gabriel Bergougnoux, Eugène Claudius-Petit, Georges Suffert, René Chiroux, René Monory, Jean-Marie Pelt, Jacques Barrot, Hélène Carrere d'Encausse, Raymond Barre, Bernard Stasi, André Kaspi, Martin Hirsch, Brice Hortefeux, Jean-Pierre Raffarin, ou Valéry Giscard  d’Estaing, parmi tant d’autres.

Tous ont su faire partager leur expérience, expliquer leur parcours, développer leurs idées en ayant toujours le souci de vulgariser les savoirs, d’être accessible au plus grand nombre sans ne jamais céder à la facilité des raccourcis ou des simplifications. Au fil du temps, la grande diversité des thèmes abordés ne s’est, elle non plus, jamais démentie. Souvent, les Carrefours de POSITIONS ont apporté un éclairage sur des sujets alors d’actualité, de la nouvelle Constitution en 1958 au projet de Constitution européenne il y a deux ans ; sans oublier la décolonisation, les tensions internationales, l’exode rural, les questions économiques ou de défense...

Les thématiques de POSITIONS sont même souvent à l’avant-garde, quand elles n’anticipent pas des évolutions de la société. Et jamais les tabous ou la « pensée unique » n’ont réussi à gagner l’enceinte de Bransat ! Bien au contraire, à chaque fois, il s’est agi de s’efforcer de penser les problèmes en dehors des schémas partisans pour offrir des possibilités d’information de haute qualité à ceux qui viennent dialoguer, sans exclusive.

Au-delà de la qualité des intervenants et de la diversité des thématiques abordées, je crois que c’est la liberté de parole pratiquée, -liberté d’expression de l’orateur mais aussi liberté d’intervention de l’auditoire-, qui a fait le succès de ces rencontres. Après un demi-siècle, l’expérience se poursuit donc, et ne lasse pas. J’en veux pour preuve certaines soirées de ces dernières années qui ont fait salle comble, et pour lesquelles nous avons été contraints de refuser du monde !

Aucune de ces soirées n’a manqué aux principes fondateurs : dialoguer, connaître et agir. Aujourd’hui, plus que jamais, les Carrefours de POSITIONS restent un rendez-vous incontournable pour tous ceux qui veulent comprendre les mécanismes et les rouages d’une société devenue très complexe. A Bransat, fidélité rime donc avec modernité. éclairer, brouillent les pistes de notre compréhension. Quant aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, elles favorisent tellement la dématérialisation des échanges, que toutes les opinions semblent se valoir, dans un relativisme ambiant.

C’est pourquoi, en donnant à chacun des participants des clefs pour décoder ces messages incompréhensibles, les Carrefours de POSITIONS sont devenus irremplaçables au fil des années. C’est pourquoi leur credo : « fournir les moyens de s’informer et de réfléchir pour pouvoir, en dehors des partis et des idéologies, agir avec efficacité », résonne d’une étonnante modernité.

POSITIONS est resté un rendez-vous populaire, à la croisée des sensibilités et des origines géographiques, car il concerne, il s’adresse et il appartient à chacune et à chacun.

Ce 400ème Carrefour est également une fête, car il nous offre le plaisir d’entendre le fondateur de POSITIONS, Jean CLUZEL, membre de l’Institut, qui vient présenter son dernier essai publié : « Jeanne d’Arc, la politique par d’autres moyens ». L’occasion nous est donc donnée de saluer l’oeuvre visionnaire et novatrice des fondateurs, de cette « équipe de tête » et plus particulièrement de Madeleine et Jean Cluzel « inlassables pèlerins des valeurs culturelles » selon l’expression de Ghislaine Alajouanine, ont créé ce club avec « détermination, énergie, perspicacité et clairvoyance, et surtout infiniment de bonté d’âme. »

Puissent-ils trouver ici, l’expression de notre profonde gratitude, pour le chemin qu’ils ont tracé et le dévouement, dont ils ont inlassablement fait montre. Avec ceux qui ont, comme moi, l’honneur de poursuivre l’oeuvre entreprise, je les assure mesurer combien ce riche passé nous engage. Il est également une formidable motivation pour entretenir la flamme de ces débats ; pour continuer à réunir tous ceux qui croient que du dialogue et de la réflexion, naissent les plus grandes audaces ; bref pour nourrir encore et toujours l’étonnante modernité de « l’école de Bransat ».

Longue vie au club POSITIONS !
                                                                                                    Gérard Dériot
Retour