Vous êtes ici : Les Carrefours de Bransat > 2014 > Bertrand Martinot Chômage : inverser la courbe, et après ?

Bertrand Martinot Chômage : inverser la courbe, et après ?

Imprimer

Envoyer à un ami

Chômage 
inverser la courbe, et après ?


avec 
Bertrand MARTINOT
Economiste, ancien conseiller social à la Présidence de la République
et ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle

Pour le rendez-vous de Février des Carrefours de Bransat, le Sénateur Gérard Dériot avait souhaité convier l’un des meilleurs spécialistes français de la question du chômage, des politiques de l’emploi et du dialogue social, l’économiste Bertrand Martinot.

Il y a un an, François Hollande prenait l'engagement d'inverser en douze mois la courbe du chômage. Même si son  pari a échoué, le chômage va sans doute se stabiliser, et peut-être la courbe va-t-elle s'inverser. Mais après ? S'il faut se réjouir d'une telle perspective, cela ne doit pas pour autant occulter le sujet de fond : cette inversion sera-t-elle une énième "ondulation" de la fameuse courbe, ne touchant qu'à la partie la plus conjoncturelle du chômage, ou sera-t-elle l'amorce d'un véritable reflux du chômage structurel, mal français depuis tant d'années ? En effet, depuis 25 ans, quelle que soit la conjoncture économique, le niveau du chômage est resté en France invariablement au-dessus de 8%, hormis une rapide incursion en-deçà de ce chiffre en 2007. Et là est le vrai sujet d'indignation : ce particularisme français d'un chômage structurel élevé, un chômage "normal" auquel nous nous sommes habitués.  
 

L'économiste a évoqué les solutions trouvées par nos voisins européens -le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas ou les pays scandinaves- qui ont relevé avec succès les mêmes défis il y a quelques années.

Il a également posé sans tabou les questions qui fâchent quant à l’indemnisation chômage, la formation professionnelle, mais aussi le niveau du chômage des jeunes, l’apprentissage ou le  salaire minimum.

Enfin, il a expliqué pourquoi, selon lui, il n'y a aujourd'hui, aucune fatalité sinon notre résignation face au chômage de masse ; pourquoi le plein emploi est un objectif réaliste et sous quelles conditions le pays peut y parvenir.





 
 





Diplômé de Sciences politiques et de l’ENA, Bertrand Martinot, 45 ans, est économiste. Après avoir débuté sa carrière au ministère de l'économie et des finances et à la commission européenne sur des postes d'expertise et de conseil en politique économique, budgétaire et de prévision économique, il s’est ensuite orienté sur des métiers du champ de l'emploi, des relations sociales et des Ressources Humaines.
Conseiller social à la Présidence de la République de 2007 à 2008, puis délégué général à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) de 2008 à 2012, il est l’un des meilleurs spécialistes français de la question du chômage, des politiques de l’emploi et du dialogue social. Il vient de publier : Chômage : inverser la courbe aux Editions Manitoba/ Les belles lettres.
Retour